Logo Sensation Rock

INTERVIEW: NAO

Artiste associé de la Rodia, Näo vient de sortir son nouvel opus tout simplement intitulé III. Profitant de la release party à la SMAC bisontine, Sensation Rock a rencontré le trio pour une interview en toute simplicté et bonne humeur.

Pouvez-vous nous présenter Näo ?Pierre, Thibault, Jordan…

Pourquoi y a t’il un tréma sur le “a” ?
P.A:
Parce que c’est joli.
J:
Parce qu’effectivement, c’est joli.

Votre nouvel album s’appelle III. Pouvez-vous nous le définir en trois mots seulement ?
J:
Sombre, personnel, ouvert
T:
Guitare, batterie, machines
P.A.:
Patience, Obscurité, Trinité

http://www.vacarm.net/vacarm_wp/wp-content/uploads/2013/12/nao-III.jpgPar rapport à l’album précèdent, on sent un désir de plus travailler les textures et les ambiances, les instruments se complètent à tel point que parfois on ne sait pas si c’est une guitare, un clavier ou un sample, c’est une volonté de pousser l’auditeur à chercher ? J’ai juste quand je dis ça ?
J:
Nous avons travaillé différemment sur cet album, un gros boulot sur le son a été effectué en studio, ce qui nous a permis justement de “texturer” certains sons, certaines ambiances.
P.A:
La volonté était surtout de faire ce qu’on avait pas fait avec le précédent, à savoir un « vrai » travail de production pour que le tout soit moins brut, et donc par le fait les textures sont effectivement plus recherchées, et les ambiances prennent plus le temps de s’installer. Oui, dans l’ensemble tu as vu juste.

Après plusieurs écoutes, on a du mal à classer votre musique, ce qui est plutôt un compliment, dans quel bac de disquaire vous rangeriez votre album ?
J:
Je dirais rock noise electro.
P.A:
Rock/electro/indus/noise…C’est des bacs qui n’existent pas trop en fait…Donc un peu dans chaque…
T:
Nouveauté.

On vous compare souvent à Ezekiel, même si c’est un rapprochement hâtif, ça vous touche ? Vous avez l’impression de partir vers les mêmes choses ?
P.A:
C’est et ça reste toujours très flatteur car à mon sens c’est un groupe qui a énormément fait de bien à la scène indé française des années 2000 et encore aujourd’hui d’ailleurs. Je pense que comme nous Ez3kiel ne se met pas de frontière de genre, de style etc… Ils aiment fusionner ce qui leur parle au niveau des émotions et en ce sens oui je pense qu’on prend le même chemin.
J:
Nous avons beaucoup écouté Ez3kiel, mais je crois que nous partons dans un trip musical un peu plus rock/noise sur ce dernier album.
T:
J’ai toujours été surpris de cette comparaison car même si il y a un lien de parenté, et un profond respect (nous leur avons envoyé III d’ailleurs après le mix pour avoir leur avis) on n’a pas l’impression que nos musiques se ressemblent tant que ça. Peut-être plus dans la formule Ezekiel/Hint. En tout cas oui, ça nous touche voir même nous rend fiers !

Pouvez-vous nous citer quelques films dans lesquels vous verriez bien votre musique ?
P.A:
Toute la filmographie de Darren Aronofosky, je pense… Certainement aussi dans quelques bons animés post apocalyptiques tels que les grands classiques Ghost In The Shell, Akira, ce genre de choses…
T:
Star Wars, X-Men Origins, The Pic Of Destiny.

Quel album d’autres groupes écoutiez vous pendant la composition de III ?
P.A:
Je crois qu’à ce moment là j’étais pas mal sur le dernier QOTSA, BOC, j’écoutais pas mal Ludovico Einaudi aussi… Je sais aussi qu’en studio on a ecouté du Breach, du NIN…Rihanna…

Vous avez collaboré avec deux graphistes pour faire la pochette. Qui sont-ils et d’où viennent ils ?
P.A:
Vincent Jacquin aka Small Studio et Tristan Fellmann. Tous deux sont d’abord de très bons amis (y’en a même un qui est le jumeau d’un membre de NÄO 😉 ) Le premier avait déjà travaillé sur la pochette du précédent album et sachant qu’il avait fait un travail de typo et de logo super développé on a
eu envie de rester dans la trame et donc de continuer à bosser avec lui mais en rajoutant une vision différente que nous a apporté Tristan.

http://www.smallstudio.fr/ressources/projets/595x395_01-nao.jpgSur votre artwork on voit de nombreux plis, comme un papier froissé, est-ce l’idée pour l’auditeur de trouver dans cet album des petits recoins ou découvrir des choses dans votre musique, comme un espèce de patchwork d’ambiances ?
P.A:
Je n’aurais pas mieux dit. Cet album est en effet plus dur à appréhender que le précédent, il faut prendre le temps de l’écouter et de le réécouter de chercher un peu, avant de vraiment saisir tout ce qu’on a tenté d’exprimer. Il est plus complexe sans doute car il été construit à trois et déconstruit par l’esprit génial de Flavien.

La personne qui vous enregistré et qui a mixé l’album est Flavien du studio Le Zèbre il vient donc de Besançon, comme vous et comme les deux graphistes. Est-ce important pour vous de travailler avec des locaux ? Est-ce un volonté ?
P.A:
On travaille surtout avec les gens qu’on connait bien et avec qui on se sent en confiance…Il s’avère qu’il y a de très grandes forces de travail à Besançon donc pourquoi aller cher plus loin…
T:
Non, pour moi la volonté n’est pas de travailler avec des locaux forcément, mais c’est plutôt le côté humain, amitié qui prévaut. On préfère travailler avec des gens dont on connait le travail mais aussi la personnalité qui peut agrémenter le projet. III n’aurait certainement pas cet univers sans Flavien. On peut même dire que sans Flavien, on aurait été dans le caca. On aurait du appeler cet album IV peut être…

A quoi ressemble une journée de Näo en tournée ?
P.A:
Ben je pense que ca ressemble pas mal à une journée d’un groupe indé sur la route, beaucoup de camion, on raconte des conneries, on s’engueule, on se reconcilie c’est un peu une vie de famille en fait…
T:
Mis à part les aspects purement pratique de rouler, s’arrêter sur une aire d’autoroute pour boire un café et mettre de l’essence, arriver à la salle, sourire, dire bonjour à tout le monde, monter son matos, balancer, manger, attendre, stresser, jouer, s’éclater, ranger le matos, boire quelques bières, dire au revoir à tout le monde, faire les cons à l’hôtel, se lever la tête embrouillée et manger un petit déjeuner jambon/fromage/café, on peut dire qu’on rigole beaucoup et que chacun vit le truc intensément, à sa manière mais en collectivité ! La joie de vivre et la bonne humeur sont de rigueur même si parfois…

Vos prochaines dates ?

ven. 7 mars

Binkini Test La chaux de fond (CH)

sam. 8 mars

Sattelite Café Lausanne (CH)

sam. 15 mars

FIL St Etienne Electrochock (FR)

sam. 22 mars

Moloco w/ Young gods (FR)

sam. 17 mai

Benkeurleute (B)

dim. 18 mai

Utrecht X-RATED STAGE (NL)

La scène noise française a explosé ces cinq dernières années avec des groupes comme Chevreuil, Marvin ou Electric electric. Vous reconnaissez-vous dans cette scène ?
P.A:
Dans la méthode de travail et le mode un peu DIY oui complètement, on est très fan de toute cette scène donc y être apparenté comme on a peu l’être dans la compilation « Noise en France » de Believe est un grand honneur et un vrai plaisir.

Vous répétez au Bastion, pouvez-vous nous parler de ce lieu ?
J:
C’est une association située dans un ancien batiment militaire Vauban, au centre ville de Besançon, il a 12 locaux de répétition, environ 250 groupes y travaillent, nous partageons notre local avec des groupes comme Asidefromaday, Das Modell, Spanked…
C’est un lieu rempli d’échanges et de bonnes vibrations, on y croise pleins de bon zikos et l’équipe qui y travaille est tout simplement géniale…

Vous avez d’autres choses à dire ?
J:
Soutenez la scène rock electro noise!!!
T:
Merci à Sensation Rock !

Interview réalisée par S 2.0

© – 2014

Näo – III
(Jarring Effects/Ant Zen/L’Autre Distribution/2014)

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :