Logo Sensation Rock

RETRO 2013 par F.

Comme chaque année, faire une rétro de ce qui s’est fait de meilleur est une bonne occasion pour se replonger dans sa discothèque et se repasser les galettes qui nous ont emballés. Au départ, on voulait faire un classement mais il était vite réducteur, du moins pour ceux qui ne sera pas sur le podium. En effet, pour ceux là, il est facile personnellement de choisir les trois disques qui ont usé le plus le saphir de la platine… Tout comme il est aisé de désigner ce qui était de l’ordre du foutage de gueule…

http://songsofjonathanwilson.com/wp-content/uploads/2013/10/Jonathan-Wilson-Fanfare-Packshot-lo-rez.jpghttp://assets-s3.rollingstone.com/assets/images/album_review/pj-1381249446.jpghttp://www.nickcave.com/wp-content/uploads/2012/11/Push-The-Sky-Away-PACKSHOT3-768x768.jpg

On commence alors par le meilleur. Et comme il y a deux ans, c’est Jonathan Wilson qui se hisse bien haut sur le podium avec Fanfare, son nouveau bijou, encore plus fouillé que Gentle Spirit, chose qu’on n’aurait cru impossible. Son folk psyché vintage ressuscite les 70’s et ce n’est pas Graham Nash ou David Crosby, invités de luxe du faux deuxième album du Californien qui diront le contraire. La deuxième marche est occupée par les vétérans de Seattle, Pearl Jam. Avec Lightning Bolt, le groupe d’Eddie Vedder montre toujours autant d’envie qu’à leur début et cela se ressent sur leurs morceaux, qui sont l’équilibre parfait entre fougue et sagesse. Et enfin en troisième position, on prend de la mauvaise graine. Nick Cave & The Bad Seeds avec Push The Sky Away offrent un recueil de ballades noires, distillées avec un soin d’orfèvre et qui atteint son apogée avec la magistrale Jubilee Street, la bande-son des errances nocturnes.
http://www.mxdwn.com/wp-content/uploads/2013/08/alela-diane-about-farewell.jpghttp://cdn.stereogum.com/files/2013/09/Volcano-Choir-Repave.jpghttp://eatenbymonsters.com/wp-content/uploads/2013/02/eels_wonderful_glorious.jpghttp://blogue.enmusique.ca/wp-content/uploads/2013/09/AM.jpghttp://www.musicfearsatan.com/DSK/qotsa_clockblue_%28big%29.jpghttp://assets-s3.rollingstone.com/assets/images/album_review/howtodestroyangelswelcomeoblivion-1361814289.jpg
Et puis 2013, ça été aussi une année avec des ruptures, des retours, des renaissances. Des ruptures et une particulièrement que Alela Diane a mis en musique avec About Farewell, recueil folk intimiste comme à ses débuts, une façon d’exorciser cette épisode de sa vie avec élégance. Folk, rupture, ça nous rappelle For Emma Forever Ago de Bon Iver. Et bien Justin Vernon n’a pas chômé cette année. Deux productions avec deux groupes différents: avec Volcano Choir il n’est pas loin de Bon Iver, Bon Iver dans la pop subtile qu’il développe sur Repave. Et bien loin de là, il explore le blues sur Grownass Man des Shouting Matches. Le blues, il l’a souvent mais sait s’en servir toujours à bon escient: Mark Oliver Everett AKA Eels faite son retour avec un jouissif Wonderful, Glorious et une tournée tout autant jouissive. Un album garage, burné tout comme AM, la meilleure production des Arctic Monkeys qui touchent à tout avec cette album, du blues au stoner, genre dont les pionniers ont fêté leur retour cette année. Et pour un retour, …Like Clockwork renvoit pas mal de petits groupes à leur partition et démontre que les rois, c’est bien les Queens Of The Stone Age.
http://cdn.antiquiet.com/wp-content/uploads/2013/07/nine-inch-nails-hesitation-marks-4-626x626.jpghttp://2a56b976980e0793ddee-5cc5435fcbc367bb03f9a415e7067a97.r91.cf2.rackcdn.com/wp-content/uploads/2013/07/Heat-and-the-Heart-Lets-Be-Still-1024x1024.pnghttp://assets2.subpop.com/assets/images/main/12766.jpghttp://cdn.stereogum.com/files/2013/06/Mark-Lanegan-Imitations-608x608.jpghttp://wtfru.fr/wp-content/uploads/2013/03/H-Burns_OffTheMap-320x320.jpghttp://www.naive.fr/img/front/pho/works/1200x1200/005888.jpg
De retour, il en est également question avec celui de Trent Reznor et de Nine Inch Nails. S’il avait déjà ouvert l’année en compagnie de Madame avec Welcome Oblivion de How To Destroy Angels, il a rebooté son premier projet pour un Hesitation Marks fouillé.
On parlait de Seattle plus haut. Et bien d’autres acteurs de la scène de la ville Starbuck se sont aussi illustrés cette année, nouveaux comme anciens. Côté jeunesse, The Head And The Heart délivre avec Let’s Be Still un album étonnant et déconcertant qui se dévoile après plusieurs écoutes. Et coté anciens alors? Mudhoney d’abord, toujours pas calmés, en témoigne leur cradingue Vanishing Point. Et en plus classe, l’hyperactif Mark Lanegan se transforme en véritable crooner avec son album de reprises Imitations. Tout ça sonne 90’s, tout comme la nouvelle géniale mouture des Français de H-Burns, produite par Steve Albini himself, Off The Map. Comme quoi en France aussi, on sait faire de l’excellent rock indé… Tout comme on peut s’enflammer pour des phénomènes incompréhensibles, des coups médiatiques calculés qui cachent le néant. Mais qui paradoxalement marche. En cela, cocorico pour l’arnaque de l’année, un truc qui sent pas bon, un truc qui sent le Fauve≠. En même temps, avoir tant d’admirateurs qui partagent le concept de dire à un vent qui souffle un peu fort d’aller se faire sodomiser ou avoir la capacité de faire des rimes avec tous les synonymes de pénis, ça force le respect. Au moins ça a fait le buzz (mais bon, Miley Cyrus aussi a fait le buzz…). Bref, passons et encensons plutôt ceux qui le méritent, ceux qui savent rebondir après les drames. En cela, Everest de Girls In Hawaii est l’album le plus poignant de l’année écoulée. Et c’est bien ce qu’on demande à la musique, déclencher chez nous des émotions.
Paleo 3858Et la musique, ça se vit aussi sur scène. De nos tournées entre festivals et salles plus intimistes, on retiendra deux soirs. La touchante Chan Marshall au Montreux Jazz Festival. Sun de Cat Power s’il laissait dubitatif sur disque se dévoile véritablement sur scène. Mais s’il fallait ne retenir qu’un live cette année, il n’y a pas d’hésitation: ce sera celui de Neil Young & Crazy Horse au Paléo Festival de Nyon. Un concert pour lequel il est difficile de trouver un superlatif. Epique? Dantesque? Seuls ceux qui y ont assisté savent de quoi il en ressort. Mais voir le Loner déchainer les éléments sur Like A Hurricane demeurera comme quelque chose de surréaliste et restera à jamais un des sommets d’une vie de concerts.

Voici donc pour ce bilan de l’année 2013. La liste est loin d’être exhaustive et bien d’autres mériteraient d’être cités. Mais en regardant les sillons les plus usés, ce sont ces quelques sus-nommés qui auront ma préférence. En attendant de commencer un nouveau cycle 2014 avec encore plein de bonnes choses, gavez vous bien avec la dinde et en espérant trouver quelques bonnes surprises noires et rondes sous le sapin.

Keep On Rockin’ In The Free World!

Total
0
Shares