Logo Sensation Rock

LIVE REPORT : THE ELDERBERRIES, La Rodia, Besançon, 21 Avril 2012

AhThe Elderberries… Je me souviens de leur passage remarqué il y a de cela 3 ans au festivalHerbe En Zikde Besançon. Ce groupe de rock français au line up international (anglais, canadien et français) composé duchanteur Chris Boulton, de Tom & Jamie Pope (guitare et basse), Ryan Sutton (guitare) et enfin Yann Clavaizolle (batterie) s’était fait connaître notamment en 2007 pour leur participation à la B.O du filmHellphone. La bande nous avaient fait planer au son des 70’s avec un style proche d’AC/DCou mêmeDeep Purple.

Après 2 ans de réflexions suite à un album acoustique fortement polémiqué la formation débarquait à La Rodia de Besançon afin de défendre son tout nouvel opus éponyme.

DSC00944-copie-1.JPG

Dès les premières notes de Here till dawn, stupeur de ma part; Moi qui m’attendait à un rock classique des 70’s comme j’avait pu l’entendre auparavant, me retrouve avec un son très lourd et saturé aux couleurs du heavy-metal et du rock-stoner. Le quinquet à pris une direction totalement opposé pour ce nouvel album qui continue de surprendre au fur et à mesure avec notamment You should have known titre soutenue par une lourde rythmique dont Mr Josh Homme des Queens of the stone age n’aurait certainement pas reniée. Mais la meilleure surprise, c’est certainement la voix de Chris qui totalement différente, s’intègre parfaitement à l’ambiance recherchée et travaillée pour la toute nouvelle identité du groupe qui en demeure méconnaissable. Nouvelle déclaration d’amour à la scène rock-stoner américaine avec la reprise de Hurricane du groupe Kyuss (ou officiait Josh Homme avant de former les Queens of the stone age NDLR…) qui comme son nom l’indique, dévaste tout sur son passage telle un ouragan. Revenons au dernières compositions en date qui sont à l’honneur ce soir avec Waiting to come around, qui malgré un début dans les tons heavy, présente un son plus clean par la suite de même que le chant rappelant tout de même les influences rock 70’s qui ont marqué le début du groupe. Retour à la bestialité avec Holy roller qui impressionne par sa rythmique puissante très heavy, d’une basse groovy, ainsi qu’un solo digne d’un bon disque de Black Sabbath. On sent d’ailleurs l’influence « Ozzy Osbourne» sur le chant de Judgement day, morceau heavy encore une fois véritablement taillé pour le live, qui puise son l’intensité dans la voix méconnaissable de Chris, et qui se marie parfaitement à la rythmique soutenue du reste du groupe.

DSC00969-copie-1.html

Après environ 1h15, le groupe se retire. Le public peu présent ce soir là aura tout de même été conquis par la prestance du quinquet et l’intensité des nouveaux morceaux qui prennent vraiment une ampleur puissante en live. Pour ma part, je suis agréablement surpris du chemin qu’à emprunté The Elderberries pour ce nouvel album. Les compositions sont plus sincères et travaillées pour un résultat et une nouvelle direction étonnante. L’énergie dégagée ce soir a démontré une véritable alchimie présente au sein du groupe qui est prêt pour une tournée qui on l’espère sera couronnée par un succès plus que mérité. Coup de coeur du moment, à voir absolument pour tout fan de rock-stoner qui se respecte.

Total
0
Shares