Logo Sensation Rock

NATHANIEL RATELIFF, In Memory Of Loss

Rounder Records/Decca/Universal/2010

Belle découverte sortie chez Decca, ancestrale maison de disques, le premier album de Nathaniel Rateliff a tout pour scotcher l’auditoire pour un bon bout de temps.
Au programme, voix perchée, harmonies maitrisées et instrumentations boisées.
Frôlant parfois la grâce, In Memory Of Loss comporte une dizaine de chansons. Des chansons qui commencent tout simplement…: une guitare aux cordes nylon fait son entrée et soudain, la voix de Rateliff prend les devants et amène le tout très haut.
Early Spring Till, véritable petite hymne à chanter partout et tout le temps, témoigne de ce talent d’écriture, qu’un Justin Vernon (Bon Iver) ne renierait certainement pas. De nombreuses ballades peuplent cet album dont un Boil And Fight aérien, mais d’autres morceaux aux tempos plus rapides ne déméritent pas (Shroud, Whimper And Wail…).

Avec Brian Deck (Iron & Wine, Modest Mouse, Gomez, Sage Francis, un gage de qualité, donc…) derrière les manettes, les chansons de ce très beau disque ne vous quitteront pas de si tôt.

Total
0
Shares
Related Posts
%d blogueurs aiment cette page :