Logo Sensation Rock

Laura Marling, Song for our daughter.

Laura Marling, Song for our daughter.

La chanteuse et compositrice britannique Laura Marling est de retour avec un sixième album nommé Song for our daughter. Il succède à Semper femina paru en 2017.

Pour ce cru 2020, exit l’aspect autobiographique de la folkeuse du Hampshire. Dans ses nouvelles compos, Laura a décidé de ne plus dire « je » mais de s’exprimer à la troisième personne, comme si elle racontait une histoire. On compare d’ailleurs les dix morceaux de Song for our daughter à des nouvelles qu’un éditeur aurait décidé de rassembler en un seul recueil.
Dans l’une des compositions de ce nouvel opus, Laura fait référence à la pièce de théâtre Mary Stuart de Robert Icke par la citation suivante : « Love is a sickness cured by time. .» On l’aura compris, livres et musique font bon ménage dans l’écriture des chansons de Laura Marling tout comme le cinéma car, il faut le signaler, certains de ses morceaux ont servi à décrire les scènes tristes de séries télévisées. Ce fut notamment le cas de What he wrote (extrait de l’album I speak because I can paru en 2010) que l’on a pu entendre dans la série Peaky Blinders.

Ce nouvel effort ne marque pas de réelle évolution dans la musique de Laura Marling même si, avec les années, le timbre de voix de la britannique a subi quelques bouleversements, loin il est vrai d’être préjudiciables. Dans cette voix, on notera ce mélange d’influences entre Nora Jones et Lou Doillon, par exemple sur Song for our daughter qui nous gratifie d’un fabuleux duo guitare/voix. Song for our daughter est la ballade folk par excellence, avec un grand B et un grand F. Citons encore, parmi ces magnifiques ballades, des chansons telles que Fortune, Hope we meet again ou encore The end of the affair, morceau sur lequel des chœurs s’invitent sans forcément s’imposer, à l’instar D’Alexandra.
Only the strong et Held down apportent à ce LP une conotation un poil plus vivace, sans parler du stimulant Strange girl qui est, selon les dires de Laura, un encouragement pour toutes les femmes à vivre sans soucis du qu’en dira-t-on et à se foutre royalement de tout. En quelques mots, Strange girl est un hymne au féminisme et une diatrible anti sexisme.
Il n’y a pas que la guitare qui soit présente dans les compos musicales de cet album de Laura Marling. Sur Blow by blow, un piano prend toute sa place. Blow by blow est un vibrant hommage à Paul McCartney, chanteur que Laura Marling avouera avoir découvert sur le tard.

Song for our daughter est un véritable bijou de folk à écouter, si possible, sans ne rien faire à côté. Comme on parlait de littérature, ceux qui seraient tenter de lire un ouvrage peuvent l’abandonner le temps de déguster ce bel album, il en vaut vraiment la peine.
Avec Song for our daughter, Laura Marling a placé la barre très haut à tel point que l’on peut se demander, rien qu’au niveau de la folk, qui fera mieux que cette jeune britannique pétrie de talent. Toute performance, même musicale, est faite pour être égalée (voire battue) mais pour détrôner Laura Marling il faudra, c’est désormais une certitude, y mettre le paquet !

 

Note de 9 sur 10.

Jean-Christophe Tannieres

Total
17
Shares
Related Posts

BEAT ASSAILLANT, B

Discograph/Harmonia Mundi/2012 Quatrième album pour cet électron libre de la scène hip-hop, tout simplement intitulé B. D’Atlanta, Géorgie,…