Logo Sensation Rock

KING GIZZARD AND THE LIZARD WIZARD, Paper Mâche Dream Balloon

Les sept géniaux allumés du collectif garage rock psychédélique australien King Gizzard et the Lizard Wizard reviennent avec un septième album Paper Mâché Dream Balloon ce 13 novembre dernier chez ATO Records. Une belle surprise acoustique, alternative efficace aux antidépresseurs, qui dénote avec le précédent opus, Quarters, sorti six mois plus tôt.

En Mai 2015, The King Gizzard et the Lizard Wizard offrait un sixième album conceptuel, Quarters, composé de quatre morceaux de dix minutes et dix secondes chacun. Univers obscur et jazzy, parfois étouffant où l’on retrouvait expérimentations électroniques et hurlements de bébés.

Six mois plus tard, le groupe est de retour avec une production des plus surprenantes. Douze chansons courtes et sans aucun lien entre elles, explique le chanteur Stu Mackenzie, dont la volonté était de sortir cette fois-ci du conceptuel pour s’orienter vers quelque chose de plus intimiste. Un concept demeure présent néanmoins : l’absence totale d’instrument électrique remplacé ici par des guitares acoustiques, flûtes, contrebasses, clarinettes, batteries, harmonicas et violons.

Le résultat est excitant et met de bonne humeur dès le matin avec ses sonorités vintages psychédéliques et ses mélodies entraînantes. Début tout en douceur avec l’introduction Sense sublimée par une mélodie à la clarinette des plus flottantes. Si les précédents albums  -très bons, au passage- pouvaient laisser un goût acide, le début de Paper Mâché Dream Balloon nous donne plutôt l’impression d’être devant un sympathique feu de bois.

Pour peu de temps avec l’hallucinant Trapdoor qui flirte avec le krautrock. Les instruments dissonent. On entend une voix nasillarde presque en écho soulignée par une flûte nerveuse et une batterie en rafale. Même rythme de batterie qu’on retrouve dans l’introduction du très bon N.G.R.I Bloodstain à la mélodie hyper entraînante dominée par un harmonica qui s’emporte.

La conclusion Paper Mâché fait d’une certaine manière la synthèse de l’album en reprenant les mélodies à la flûte des différents morceaux écoutés accompagnées de percussion. Les quarante dernières secondes partent dans tous les sens : on ne sait si ce sont les instruments qui dissonent ou si les mélodies sont accélérées à tel point qu’on ne saurait les reconnaître. Puis, une explosion.

Un dernier album bluffant au vu de la rapidité avec laquelle il a été créé, à l’image d’un groupe dont l’œuvre est en constante évolution et d’une qualité musicale remarquable.

-Solène Barbier

 

 

Artiste : King Gizzard and the Lizard Wizard
Album : Paper Mâché Dream Balloon
Label/Distribution : ATO Records
Date de sortie : 13/11/2015
Genre : Rock garage psychédélique
Catégorie : Album Rock

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

RICHARD SWIFT, Walt Wolfman

Secretly Canadian/Differ-Ant/2011 Toujours en décalage, l’Américain signe un excellent mini-album de soul garage.Richard Swift n’est pas ce qu’on…