Logo Sensation Rock

ALT-J, This Is All Yours

Infectious/PIAS/2014

Défi du second album tant attendu au tournant relevé pour le groupe de Leeds aux sons panachés qui avait fait le buzz il y a deux ans.
En 2012, un groupe au nom a priori imprononçable donnait naissance à un son doux et rêveur. Ce son revient, patiné par le temps. Alt-J (le raccourci clavier qwerty permettant de faire apparaitre un symbole triangulaire) se place décidément sous la signe de la trinité : la formation est passée de quatuor à trio, leur bassiste ayant quitté le circuit. Les trois membres restants se sont donc adaptés à cette nouvelle configuration triangulaire. C’est la naissance d’un beau monstre qui en a résulté. Un tabouret tient mieux sur trois pieds que sur quatre ; dans la mythologie, à Thèbes, l’énigme du Sphinx destinée à Œdipe demande quel animal a trois pattes le soir (c’est le vieillard avec sa canne, la sagesse incarnée). Tous ces éléments s’accumulent pour laisser entendre la majesté du chiffre trois. Trois tonalités vocales s’entremêlent :  l’Intro débute en voltigeant sur une voix aiguë remixée, Nara laisse entendre une texture profonde qui nous fait penser à Anthony Hegarty, Hunger of The Pine s’écoule sur des chœurs en canons proche du chant religieux, toute comparaison restant à l’état d’ébauche puisqu’il s’agit en réalité d’un sample de la voix de Miley Cyrus proclamant “I’m a female”… La musique se tourne autant vers le blues – Left Hand Free – que les rythmiques exotiques – Every Other Freckle -, le rock traditionnel – Left Hand Free – , et même l’orgue – Intro.

Alt-J est en constante recherche d’expérimentation, qu’elle soit auditive ou visuelle. La pochette lorgnant vers l’art abstrait semble indiquer la multitude de combinaisons possibles dont le groupe est capable, à l’image du clip d’Every Other Freckle ayant une version Girl” et une version “Boy”, toutes deux mettant en scène des déchaînements naturels au ralenti. Sur le fond, l’album est clairement tourné vers l’amour en perdition, comme l’atteste les artistes en interview, ayant cette fois voulu faire “de la musique pour aider à se sentir moins seul”. En effet, si le premier album se nommait An Awesome Wave (qu’on peut interpréter comme une claque, une vague visant à dérouter l’auditeur), celui-ci, This Is All Yours, semble s’offrir comme un réconfort. Nara et Arrival in Nara sont des métaphores de l’oppression, Nara étant une ville japonaise où les daims se meuvent en liberté. Réconfort par l’Art sous toutes ses formes, “Une immense espérance a traversé la terre” disait Musset, qui lui aussi est “samplé” durant les dernières minutes d’Hunger of The Pine. Ou comment sauver les brisures par le Beau.

-Clémence Mesnier

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

CALEXICO, Algiers

City Slang/2012 Une seule écoute suffit parfois à vous faire aimer un disque, à l’adopter tout de suite,…