Logo Sensation Rock

ANGEL OLSEN, Burn Your Fire For No Witness

Jagjaguwar Records/2014

Angel, je t’aime. Je sais, c’est un peu direct mais je crois que j’ai eu le coup de foudre pour toi. Tu as fait revivre en moi tout ce que j’avais perdu avec d’autres.
J’ignorais jusqu’à peu ton existence. C’est un ami à moi qui m’a parlé de toi. Me connaissant, il savait que tu me plairais, et le fait que tu aies traîné avec ce bon vieux filou de Will Oldham n’est pas pour me déplaire. On doit avoir sensiblement le même âge et on a écouté les même groupes durant notre adolescence, c’est indéniable. Je pense tout de suite aux Pixies (Forgiven/Forgotten). Et cela se ressent dans ta musique, comme une autre femme de caractère de la même époque et qui a le même effet chez Anna Calvi. Tu deviens quelque part une héritière de Polly Jean (High & Wild). Et puis – et surtout – , tu as ce physique, cette frange qui n’est pas sans me rappeler une ex qui a pris une autre voie maintenant. C’est vrai que je trouve en toi la même façon de t’exprimer que la Chan Marshall de You Are Free ou de Moon Pix. Un mal-être qui ressort de tes chansons dépouillées mais habitées. Tu as tes propres démons et tes titres sont parfois à fleur de peau (White Fire où plâne aussi l’ombre de Leonard Cohen), ta voix parfois au bord de la rupture (Unfucktheworld ou la magique Windows).
Mais y voir une fragilité de ta personne serait une erreur. Car tu peux aussi te montrer pleine de caractère, envoyer des titres au son vintage (Hi-Five, Stars) comme tu peux aussi me donner envie de te prendre dans mes bras quand tu t’accordes une petite ballade aérienne (Lights Out) ou bluesy (Iota).
Bon, je ne vais pas me voiler la face. On ne peut effacer tous les moments magiques que j’ai vécu avec ces femmes qui ont marqué des moments de ma vie. Mais je suis prêt à en vivre d’autres avec toi. C’est pourquoi je ne vais pas te perdre de vue de sitôt.

Total
0
Shares
Related Posts
Read More

SUEDE, Bloodsports

Warner/2013 Grands animateurs de la scène britpop du siècle dernier, Suede se reforme et sonne l’heure du retour…